Karim Chibane, membre du comité de la Pépinière

En quoi consiste le rôle du directeur du transfert technologies ?

C’est aller à la rencontre des entreprises de la région, à Valence, Grenoble et ailleurs, être le plus souvent à l’extérieur, travailler avec des partenaires (clusters, pôles de compétitivité, collectivités locales etc…) Je suis un animateur d’équipe et de réseaux.

Etant au cœur des problématiques entrepreneuriales, j’écoute les signaux faibles qui soulèvent des enjeux de R&D. Puis avec Esisar, le laboratoire LCIS, l’APDISAR, nous mettons en œuvre des solutions pour avancer sur ces problématiques. Nous sommes plus d’une centaine de personnes à travailler à l’Esisar, au LCIS et à l’APDISAR (Association pour la promotion et le développement Esisar). Nous avons la volonté de professionnaliser nos formations et de développer la recherche, le transfert de technologies.

Notre objectif N°1 : Une collaboration gagnant-gagnant avec les Startup, les TPE/PME régionales principalement.

Karim ChibaneQu’est-ce qui vous anime Karim ?

J’ai fait une partie de mes études en Algérie, j’ai eu la possibilité de venir faire un doctorat à Grenoble. Je suis arrivé à 21 ans et je n’en suis plus partit. Ce n’était pas facile de se lancer dans l’inconnu. Je pourrais faire un parallèle avec un défi entrepreneurial. Il faut sans cesse se mobiliser intellectuellement, se challenger, toujours faire face à la difficulté. Il y a beaucoup de compétences à mobiliser pour réussir, il faut savoir gérer la complexité et mobiliser de l’énergie. Mes motivations passent par les projets technologiques et par extension, aider et faire gagner du temps à des porteurs de projets. J’aime apporter mon expérience, faire du réseau, mettre des gens en relation.

Et quel est votre lien avec la Pépinière d’entreprises de la CCI ?

J’utilise mon expérience, mes liens avec les incubateurs, les pépinières… Je travaille avec les SATT, la BPI, le tarmac… J’essaie d’avoir un regard bienveillant sur les projets et d’évaluer le niveau de risque en alertant sur les points de vigilance. Cette Pépinière est un lieu qui a beaucoup d’atouts, des locaux très agréables et surtout une belle diversité. Je me méfie de l’entre soi et une pépinière généraliste est source de richesse. Ce serait formidable d’attirer des Aixois, des Grenoblois, des Lyonnais et pourquoi pas  des Parisiens dans cette belle Pépinière. Je suis prêt à me mobiliser dans ce sens !


Comment faites-vous pour évaluer la fiabilité d’un projet ?

J’ai été expert de la BPI pendant près de 10 ans,  nous avons affiné la manière d’évaluer les niveaux de risque inhérents aux projets… Et sincèrement il vient souvent du facteur humain.

Il faut être attentif, objectif dans le constat en ayant une grille de lecture la plus rationnelle possible. Dans la création d’entreprise, ce n’est pas forcement l’argent la difficulté, les problèmes d’argents sont faciles à repérer d’ailleurs. Parfois, il faut savoir renoncer et bifurquer et cela n’est pas simple à faire accepter.

Et votre actu ?

Nous allons accueillir 30 projets industriels à l’Esisar pour 2020 dons plus de 50 % sont accompagnés par le programme Easytech. Nous poursuivons le développement d’Esynov, la plateforme technologique et je me propose d’animer une formation sur le Pilotage de Projet R&D pour les Pépites !